Le péage urbain de Londres

Le « London Congestion Charging Scheme » de Londres est un péage de zone, c’est-à-dire qu’aux heures d’opération tout véhicule désirant entrer dans la zone ou circuler à l’intérieur doit s’acquitter d’un péage. Il est entré en vigueur en février 2003 et s’applique aux véhicules privés et commerciaux. Ses objectifs annoncés sont de réduire la congestion sur les routes, d’améliorer les transports publics par bus et leur fiabilité horaire, et de rendre les livraisons de marchandises et autres services urbains plus efficaces. Les recettes sont affectées aux transports publics.


Caractéristiques du péage

La zone à péage initiale comprenait le centre historique et le quartier financier pour une superficie de 22 km². La zone fut étendue en 2007 puis fut ramenée au périmètre initial en 2011. La superficie de la zone à péage équivaut à 1,5% de celle du Grand Londres (près de 9 millions d’habitants) et regroupait en 2003 5,2% de sa population mais 26% de ses emplois. A l’ouverture, moins de 15% des gens qui entraient dans la zone utilisaient la voiture.

La redevance1 est un forfait quotidien (11,5 £ soit 13,4 € en 2019) pour une circulation illimitée. Cette redevance est due du lundi au vendredi entre 7h et 18h, sauf les jours fériés. Des ristournes sont offertes à ceux qui paient mensuellement ou annuellement. Les exemptions concernent les deux-roues, les taxis, les véhicules pour handicapés, les véhicules de transports collectifs (au moins 9 places) et les véhicules à faible consommation d’énergie. Les résidents habitant à l’intérieur de la zone peuvent bénéficier d’un forfait de 4 £ pour cinq jours consécutifs (i.e. une réduction de 90%).

Le contrôle des véhicules est effectué par des caméras de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques, disséminées aux points d’entrée et à l’intérieur de la zone. Le paiement peut être effectué à l’avance (par Internet ou d’autres modes de paiement), et jusqu’à minuit le jour de la circulation du véhicule dans la zone.

A cela s’ajoute désormais l’Ultra Low Emission Zone (ULEZ) qui opère sur la même zone mais en 24/7. Les véhicules ne respectant pas les normes minimales d’émission (Euro 4 pour les véhicules essence et Euro 6 pour les véhicules diesel) doivent payer une redevance de 12,5 £ pour les voitures et 100 £ pour les camions, pour chaque jour de circulation dans la zone.

Le contexte britannique

La Grande-Bretagne n’a pratiquement aucun péage routier. La législation autorisant la mise en œuvre de péages routiers par les autorités locales a été introduite en 1999-2000. A cette époque, les conditions de transport à Londres étaient considérées comme particulièrement mauvaises, après des décennies de sous-investissement. Les discussions sur le « péage de congestion » avaient débuté avec le rapport Smeed en 1964 et continué pendant des années, supportées par de nombreuses recherches et études de modélisation de trafic. Un large consensus s’était établi dans l’opinion publique et chez les décideurs sur la nécessité de « faire quelque chose » pour réduire la circulation automobile.

Cette période coïncidait avec la première élection d’un maire pour le Grand Londres. Ken Livingstone, lié au parti travailliste (Labour), annonça pendant la campagne électorale qu’il mettrait en œuvre le péage de congestion. Il gagna l’élection en 2000, mit en œuvre ce qu’il avait annoncé et fut réélu en 2004 après avoir annoncé durant la nouvelle campagne électorale une augmentation de la redevance et une extension de la zone à péage.

Pas de référendum

Le projet rencontra dès le départ une opposition virulente de la part du parti conservateur (Tory), des automobilistes, des syndicats et des habitants de la zone concernée. L’un des facteurs décisifs de l’acceptabilité fut la ristourne pour les habitants de l’intérieur de la zone et l’exemption des véhicules pour handicapés. Le maire consulta abondamment les parties prenantes (citoyens ou milieux économiques) en utilisant différents médias. Mais il ne fut jamais question de soumettre le projet à référendum. Selon les sondages avant le lancement du péage, l’opinion était divisée à égalité entre supporters et opposants au projet.

Effets positifs immédiats

Les effets positifs attendus apparurent dès le démarrage du péage. La circulation des véhicules diminua au-delà de ce que prévoyaient les modèles, avec une baisse de la congestion d’environ 30% dans la zone. Cette baisse n’était pas compensée par la légère augmentation de la circulation autour de la zone (du trafic a donc disparu). Une hausse de la ponctualité des bus fut observée, résultant en un accroissement de la clientèle et une baisse des coûts d’exploitation. La baisse inattendue de la circulation a eu pour conséquence des recettes plus faibles qu’attendues. Par ailleurs, les études de suivi n’ont mis en évidence aucun effet significatif sur l’économie de la zone, en positif ou en négatif.

La plupart des études économiques concluent à un bénéfice socio-économique pour la collectivité, en dépit des coûts de mise en place et d’exploitation du système de péage plus élevés qu’attendus. Cependant, quatre ans après l’ouverture, la congestion est revenue aux niveaux antérieurs : cela est attribué aux travaux sur les routes et à la réallocation de la capacité routière au détriment des voitures particulières.

Charles Raux (CNRS, LAET)

Image : Mariordo (Mario Roberto Durán Ortiz) [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Pour aller plus loin

Leape, J. (2006). The London congestion charge. Journal of Economic Perspectives, Vol 20, N°4, Fall 2006, pp. 157-176.

Santos, G. and Fraser, G. (2006). Road Pricing: Lessons from London. Economic Policy. 21(46): 264-310

Charles Raux, Stéphanie Souche, Damien Pons. The efficiency of congestion charging: Some lessons from cost-benefit analyses. Research in Transportation Economics, Elsevier, 2012, 36 (1), pp.85-92. . ⟨halshs-01026428


  1. Les informations sur les régulations de la circulation à Londres sont disponibles sur le site de Transport For London []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.