Le péage urbain de Stockholm

La « congestion tax » de Stockholm est un péage de cordon en opération depuis début 2006. Tous les véhicules traversant le cordon en entrée ou en sortie aux heures d’opération doivent s’acquitter d’un péage. Ses objectifs sont de réduire la congestion routière et d’améliorer la qualité de l’air.

Le cordon entoure le cœur de la ville de Stockholm avec environ 280.000 habitants sur 35 km². La ville de Stockholm s’étend sur plusieurs îles reliées par des ponts, ce qui rend le contrôle de la circulation plus facile à travers 20 portes. Le contrôle est effectué aux portes par des caméras de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation et une facture est envoyée au propriétaire du véhicule.

Un péage variable

Le péage opère du lundi au vendredi de 6h00 à 18h30, sauf les jours fériés et en juillet1. Le paiement est requis à chaque passage de cordon en entrée ou en sortie et le tarif varie selon l’heure de passage. En 2020 le tarif va de 11 couronnes suédoises (SEK) en heures creuses à 45 SEK aux heures de pointe (soit 4,2 €). Cependant le total perçu est limité 135 SEK par jour. Les paiements sont déductibles des impôts pour les navetteurs (domicile-travail), ce qui équivaut à une réduction de 60% du tarif.

Les exemptions concernent les deux-roues et les véhicules de transports collectifs. Jusqu’en 2008 les véhicules à carburant alternatif, comme les agro-carburants ou l’électricité, étaient aussi exemptés. Il a été montré que cette exemption locale a été l’incitation la plus effective aux achats de voitures « propres », à côté d’autres incitations à l’échelle nationale. En 2016 le cordon initial a été étendu pour inclure une autoroute de contournement tandis que le tarif à l’heure de pointe a été augmenté de 75%.

Genèse

Les péages routiers étaient initialement autorisés en Suède uniquement pour financer les nouvelles infrastructures. Dans les années 90, un plan d’investissement pour les routes dans la région de Stockholm fut discuté, plan qui aurait été financé par les recettes d’un péage de cordon, mais les discussions ne débouchèrent pas. En 2003, une alliance s’établit entre les sociaux-démocrates et les verts au parlement national, laquelle conditionnait les subventions nationales au transport à Stockholm à la mise en place d’un péage urbain. La municipalité proposa de mettre à l’essai le péage de cordon, avec l’engagement de tenir un référendum après quelques mois de fonctionnement. La loi fut changée en 2004 pour autoriser le péage de congestion : il s’agit juridiquement d’une taxe, qui doit être approuvée par le parlement national.

Un référendum après quelques mois

Juste avant le démarrage du test l’opinion publique était majoritairement contre mais cela s’inversa juste après. Après sept mois d’essai un référendum fut organisé, le même jour que les élections locales et nationales, et la majorité des habitants de Stockholm se prononcèrent en faveur de la pérennisation du péage, tandis que les communes alentour étaient plutôt contre. Le gouvernement national, qui avait basculé au centre-droit, décida de pérenniser le péage, la nouvelle majorité s’étant auparavant engagée à respecter le résultat du référendum. Cependant, les recettes du péage furent affectées à l’investissement routier dans le cadre d’un paquet intégré de financement incluant des améliorations pour les transports publics, abondé par un financement national. Cela avait pour objectif de rendre le péage acceptable pour les communes alentour.

Une approbation majoritaire

Les objectifs attendus ont été atteints puisqu’il y a eu une réduction du trafic automobile des émissions polluantes. Ces effets étaient encore au même niveau cinq ans plus tard. L’approbation des habitants de la région de Stockholm se situe à environ 60%, malgré une baisse modérée des ce taux suite à l’augmentation du péage en 2016. Aucun effet sur le commerce n’a été mis en évidence. La plupart des études économiques ont conclu à une bénéfice socio-économique net pour la collectivité, malgré les coûts élevés d’investissement et d’exploitation du système de péage.

Une « congestion tax » similaire a été mise en place à Göteborg en 2013.

Charles Raux (CNRS, LAET)

Image : Holger.Ellgaard [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Pour aller plus loin

Börjesson, M., Eliasson, J., Hugosson, M. and Brundell-Freij, K. (2012). The Stockholm congestion charges – 5 years on. Effects, acceptability and lessons learnt. Transport Policy 20 (2012) 1–12.

Eliasson, J. (2009). A cost-benefit analysis of the Stockholm congestion charging system.Transportation Research Part A, Vol. n°43, p.468-480.

Charles Raux, Stéphanie Souche, Damien Pons. The efficiency of congestion charging: Some lessons from cost-benefit analyses. Research in Transportation Economics, Elsevier, 2012, 36 (1), pp.85-92. . ⟨halshs-01026428


  1. Cf. le site officiel sur les « congestion taxes » à Stockholm et Göteborg []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.